Article Ouest-France Entreprises | 6 juillet 2014 –

Vendredi, pour ses 40 ans, Publigraphic organisait une opération portes ouvertes. Pour l’occasion, les employés de l’entreprise ont présenté leur savoir-faire.

Lire l’article sur le site Ouest France

 

À quelques kilomètres du coeur de Pont-l’Abbé (29), Publigraphic est à la pointe de la technologie. Cette entreprise finistérienne est composée de 15 employés dont la moyenne d’ancienneté est de 14 ans. Vendredi, ils ont fièrement présenté leur travail.
Créée en 1974, Publigraphic, membre de Produit en Bretagne depuis plus de trois ans, réalise des publicités sur lieu de vente (PLV) et leurs marquages industriels. Depuis 40 ans, l’entreprise n’a cessé d’évoluer. Pour assurer un service de qualité, les investissements dans diverses machines se font régulièrement. « Notre chiffre d’affaires est supérieur à 1,4 million d’euros. La société est en progression régulière et équilibrée depuis plusieurs années. Tous les ans, nous investissons plus de 50 000 € dans la formation du personnel et dans les nouvelles technologies », déclare le dirigeant depuis 2001, Frédéric Guémas.

Publigraphic est présente dans plusieurs secteurs d’activité : agroalimentaire, pharmacie, grandes enseignes, industrie… Concrètement, ils réalisent des adhésifs, affichettes de consigne, autocollants, calendriers, etc. Leurs produits ? On a l’habitude de les voir dans les grandes surfaces…

Bientôt une nouvelle machine

Côté technologie, Publigraphic est à la pointe. La preuve : en 2009, en France, c’était la première entreprise d’impression à acheter une machine numérique. Pour rester au top, l’achat d’une nouvelle machine dernière génération est au programme en 2015.

L’entreprise propose deux types d’impressions. L’impression numérique pour un rendu brut et uniforme. « C’est comme à la maison mais avec des caractéristiques différentes », commente une employée. Et la sérigraphie, ce procédé consiste à reprendre le principe du pochoir comme technique d’impression. Un travail minutieux. « On sépare tout. Les couleurs sont imprimées une par une. » Au départ, Publigraphic ne proposait que la sérigraphie « mais on a dû s’adapter », complète la commerciale. Aujourd’hui, ils ont gardé cette pratique avec trois machines.

Depuis dix ans, Publigraphic propose une autre « démarche qualité. Nous sommes impliqués dans une démarche de développement durable. Nous trions et retraitons tous nos déchets mais, surtout, notre objectif est d’éviter de créer des déchets ou de réutiliser le déchet pour un nouveau besoin », explique Frédéric Guémas. Ainsi, les papiers utilisés dans les bureaux sont utilisés en éléments de calage lors du conditionnement des produits, les cartons des fournisseurs sont réutilisés, la consommation d’eau a été divisée par trois… « Nous utilisons 200 m3 d’eau par an. » Le tout leur a valu la remise du label Imprim’Vert.

Pour l’instant, Frédéric Guémas veut continuer à investir dans la production. « À ce jour, la surface suffit. Les nouvelles machines permettent de gagner de la place. »